My-Trip

Le blog de voyages qui vous aide à explorer le monde!

Changer de vie… et tout quitter pour voyager.

Changer de vie… Un article beaucoup plus personnel que les précédents qui reflète néanmoins ce que je pense à l’heure actuelle. Ai-je tort? Le futur nous le dira! En attendant, j’espère que ces nouvelles « Pensées d’ailleurs » vous plairont et vous inspireront.

La crise de la trentaine?

Travailler? Fonder une famille? Avoir une maison? Et si tous ces idéaux n’étaient en réalité qu’un archétype définit pour nous faire tous rentrés dans le droit chemin? Est-ce vraiment cela le bonheur? 

Depuis notre plus jeune âge, nous grandissons avec pour unique but d’étudier pour travailler.

Dès notre plus jeune âge, cette question si simple et pourtant si compliquée à nos yeux revient systématiquement. « Quel métier veux-tu faire plus tard? ».

Je n’ai jamais aimé l’idée qu’une vie se résume à un métier. Et pourtant c’est bien un fait de société. Ce que j’aime encore moins, c’est que ce métier nous fait systématiquement entré dans une case, une classe, un profil, comme si nous étions formatés pour telle ou telle tache, avec les qualités et les défauts inhérents à notre fonction.

Ce choix apparait très jeune. Trop jeune. Qui peut dire à 15 ans avec certitude ce qui il veut être plus tard. Très vite, on comprend qu’il y a de bonnes et de mauvaises réponses. Caissière : mauvaise réponse! Médecin : bonne réponse! La pression de la société se fait sentir très vite et dès notre plus jeune âge. Nous apprenons ainsi à nous construire à travers le regard des gens. Comme si leur faire plaisir était la solution de notre propre bonheur.

Je suis moi-même entrée dans le moule très tôt . Toujours de bons résultats, toujours les bonnes réponses et toujours les mêmes regards approbateurs. Mais à quel prix?

Je fais partie des classes moyennes (encore une case), j’ai un travail (check), une maison(check) et un mari que j’aime plus que tout (la seule chose que je ne changerai pour rien au monde!). Je travaille parfois jusqu’à 70 heures par semaines, pour payer ma maison, ma voiture et mon confort quotidien. Très bien. Mais à quoi bon ? Ma maison, aussi charmante soit elle n’est qu’un dortoir, où je ne fais que diner et dormir. Une sorte de vitrine fraichement décorée permettant encore une fois de nous mettre dans une case. Ma voiture ne me sert qu’à me rendre au travail. Même si mon salaire semble alléchant, mon argent profite plus à l’état et aux banques qu’à moi-même…

Travailler pour vivre ou vivre pour travailler? 

Revenons à notre enfance. Nous apprenons la valeur de l’argent et comprenons rapidement que cet argent nous permettra de nous acheter ce que nous souhaitons. Super! Nous nous créons alors des besoins sur des choses matérielles, et parfois même virtuelles, influençant notre comportement et parfois même notre relation vis-à-vis d’autrui. Compétition, jalousie et affichage, tout est bon pour cette course au plus riche. Finalement ces besoins, aussi éphémères soient-ils, perdront toute leur valeur une fois acquis au fil du temps. Et tout cela n’aura servi à rien…

Qu’est-ce que l’autonomie? C’est pouvoir s’acheter seul des choses dont on n’a pas besoin et dont nous sommes dépendants. Quel paradoxe!

Regardez tous ces gens autour de vous. Sont-ils vraiment heureux? Quel est leur but dans la vie? Une fois la check-list accomplie : travail – mariage – enfant- retraite…. Et après? On attend tous chaque étape comme une opportunité ou une solution en plus vers notre quête du bonheur. L’est-ce vraiment?

Mais est-ce possible de sortir de ce système? Vivre au grès des pays, découvrir de nouvelles choses, de nouvelles cultures et de nouveaux paysages. Partir au grès des envies, sans attaches matérielles et géographiques.

Changer de vie pour partir à l'autre bout du monde...

La vie est courte, croyez-moi. Remettre à demain c’est remettre à jamais. Ce n’est jamais le bon moment. Jamais le bon moment pour partir, jamais le bon moment pour changer de vie. L’instabilité fait peur, mais ne devrions-nous pas plutôt avoir peur de la stabilité? Avoir peur de passer à côté de notre vie, la vraie? Si tout s’arrêtait demain seriez-vous satisfaits du parcours accompli? Le film de votre voyage et de votre vie se résumerait-il plutôt à Desperate Housewive ou à Into the Wild?

Vous avez les cartes en main et il ne tient qu’à vous de parier sur l’avenir ou d’en rester les simples spectateurs….

Cet article n’est que le début d’une longue série… La suite au prochain épisode… XOXO

Print Friendly
2 Discussions on
“Changer de vie… et tout quitter pour voyager.”
  • Hello Mylène,
    Je découvre ton blog : un régal! Merci de partager tes aventures avec nous. Un gros coup de cœur pour cet article dans lequel je me retrouve tout à fait 😉 Bonne continuation et beaux voyages.
    YouOnlyLiveOnce

Leave A Comment

Your email address will not be published.